Sélectionnez votre pays/region

Ce site web sélectionnera certains contenus en fonction de votre localisation géographique. Si vous souhaitez modifier votre localisation géographique, sélectionnez celle qui vous correspond le mieux ci-dessous.

Fermer

Un rêve de longue date…

Leader riding on

Bob.E raconte l’histoire de son frère, Manu, et du rêve de ce dernier : devenir propriétaire d’une Harley-Davidson

Pas de barbe, pas de queue de cheval, pas de piercing, pas même un tatouage ou des allures de “dur”. Rien qui pourrait faire deviner le motard qui se cache derrière cet homme. Manjeet, ou Manu comme nous l’appelons, n’est pas un H.O.G. (Harley Owning Guy ou Propriétaire de Harley) comme les autres, du moins si l’on se fie aux apparences. Mais c’est une personne plus complexe qu’on pourrait le croire au premier abord. Il a une passion folle pour les moteurs tonitruants à quatre temps. C’est un véritable amateur de veilles technologies, de machines qui ont été mises à l’épreuve du temps et qui continuent de se défendre, même à l’époque des micropuces.

Notre père était propriétaire d’une Enfield Bullet 350 mais Manu était trop jeune pour en faire dans ce temps-là. Nous avions tous les deux la chair de poule quand nous entendions le vacarme du quatre temps mono-cylindrique de cette moto. Quand Manu a été assez âgé pour faire de la moto, notre père nous avait quittés depuis longtemps et la moto avait été vendue.

Manu a très tôt fait la transition entre les vélos et les deux-roues motorisés. Il empruntait le vieux scooter Vespa 150 cc des voisins aussi souvent qu’il le pouvait, en se servant de toutes sortes de prétextes. Il a acquis sa propre Bullet 350 en 1997. Il l’a achetée d’un ami qui travaillait à l’étranger et qui ne s’en servait pas souvent.

Baptisée “Slingshot”, la moto est en meilleur état que jamais. Manu a remplacé le guidon et les sièges. il a ajouté des phares et des klaxons, et il l’a repeinte.

Manu et sa moto sont légendaires dans notre ville de New Bombay. Même les gens qui ne le connaissent pas connaissent sa moto. Elle est toujours impeccable et reluit comme un sou neuf. Manu a obtenu le surnom de “Chamku”, qui désigne quelqu’un qui frotte et qui fait briller.

En dépit de sa passion pour Slingshot, dès qu’il a entendu parler de Harley-Davidson, il a voulu en avoir une. Les images de ces motos le remplissaient d’admiration et il s’était promis d’en avoir une et d’en faire, un jour. En Inde, ce rêve aurait été impossible ou très long à réaliser. Et il le savait.

En janvier 2000, Manu a eu un accident de voiture avec des amis. Les deux amis assis à l’avant ont été tués et Manu a eu des blessures graves au visage, à l’épaule et à la poitrine. Il a été hospitalisé quelques semaines et a subi plusieurs interventions chirurgicales.

Une fois rétabli de ses blessures, Manu était plus déterminé que jamais d’aller quelque part où il pourrait gagner davantage d’argent qu’en Inde. Sa volonté de rembourser notre mère de toutes les sommes qu’elle avait dépensées pour ses opérations chirurgicales et son désir de posséder une Harley étaient les deux principaux facteurs dans sa décision de déménager au Etats Arabes Unis et d’essayer d’y trouver un emploi. Il est parti s’y installer à la fin de 2002. Il a commencé à travailler aux Etats Arabes Unis pour General Motors et s’est taillé une bonne position dans la société.

Visiteur fréquent de la concession H-D à Dubai, Manu a amassé une collection de toutes sortes de marchandises Harley. Même s’il était sûr qu’il voulait acheter une Harley, pendant les quatre années qu’il a passées aux Etats Arabes Unis, aucune moto ne l’a suffisamment emballé pour qu’il l’achète, du moins jusqu’à ce qu’il voie une Fat Boy Screaming Eagle rouge. En avril 2007, il l’a achetée et, désormais propriétaire de moto, Manu s’est inscrit à vie à H.O.G et adore partir en virée le week-end avec le chapter de Dubai.

Ce qui n’était qu’un rêve d’enfant dans les années 1980 s’est transformé en véritable passion pour les cruisers à deux roues. C’est une histoire de détermination dans l’adversité. Elle devrait inspirer d’autres dont les rêves semblent inaccessibles. En dépit des obstacles que l’on rencontre sur son chemin, rien n’est impossible si vous ne perdez pas votre objectif de vue.

Nous tous, famille et amis, souhaitons à Manu des années de route sûres et satisfaisantes sur sa moto. Que Dieu le protège.

continue de lire

Northern Lights

Ray and Gretel from Dubai UAE Chapter recount their adventure that covered more than 7,500km across the Scandinavian and B...

En savoir plus

LOIN DES PIÈGES À TOURISTES

Sergey Kamenev s’est lancé dans une véritable odyssée sur deux roues depuis sa Russie natale pour aller découvrir la Turqu...

En savoir plus

Steppes, marais et déserts

Improbable, presque impossible : comment huit héros en Harley® se sont lancés dans la rude étape russe du Silk Way Rally e...

En savoir plus